Jean, Jacques et Marcel ont eu la mauvaise idée de mourir en même temps à la seconde près. Aussi ils se présentent en concert devant le guichet de l'administration de Saint Pierre pour l'accès au Paradis. Le préposé en service, moine de son vivant, demande de se présenter immédiatement chez l'un des mandataires de Saint Pierre, un ancien prédicateur américain et exploitant les temples des nantis héréditaires.
- Messieurs, dit-il, je suis vraiment désolé, mais actuellement le Paradis est en renouvellement, donc les places sont réduites. Seul un candidat peut être accepté. Les deux autres doivent attendre dans la salle de transit.
Il est évident que Jean, Jacques et Marcel sont déçus. Déjà ils se regardent l'un et l'autre comme pour jauger qui va être l'élu à entrer direct dans cette éternité paisible.
- Messieurs, reprend l'ancien prédicateur, C'est à moi de choisir le gagnant. Je dis bien le gagnant, parce que je vais vous demander un conseil. Le candidat avec la meilleure réponse aura gagné !
- Qu'est ce que nous devons conseiller ? demande le trio en chœur.
- Supposons que les arbres dans le jardin du paradis méritent d'être élagués. Et principalement les pommiers. Comment je vais m'organiser ? Le trio réfléchit chacun de son coté et bientôt Jean se présente à nouveau dans le bureau du mandataire :
- Pour trois mille euros je peux le faire moi-même.
- Bien, c'est bien courageux, comment tu procèdes ?
- C'est simple, mille euros pour la location de matériel, mille euros pour les salaires et mille euros pour mon bénéfice.
- C'est un bon plan, mon ami. Merci à toi. Je vais attendre les deux autres pour prendre ma décision. Jean sort du bureau et Jacques entre.
- Alors mon ami, demande l'ancien templier des nantis, que me proposes-tu ?
- C'est simple, pour sept cent cinquante euros je peux réaliser le tout !
- Waouw, jubile l'ancien pasteur, et comment tu vas faire ?
- Simple ! deux cent cinquante euros pour les matériaux, puis la même somme pour les salaires et le reste pour mon bénéfice.
- Merci, Jacques, je pense que c'est un excellent conseil. Tu fermes la porte derrière toi, et tu appelles Marcel. 
Marcel toque à la porte, attend tranquillement le signal pour entrer.
- Entrez !
- Mes respects monsieur le Président Directeur Général, moi aussi, j'ai l'honneur de vous apporter mon conseil. Un conseil très confidentiel.
- O la la ! Je suis très curieux ! dites moi tout !
- Le chantier vous coûtera seulement quatre mille sept cent cinquante euros.
- Quand même ! et comment tu procèdes ?
- Je prends quatre mille euros et je vous donne la moité, soit deux mille euros, et je confie pour sept cent cinquante euros le travail à Jacques.
Sur ce, Le prédicateur américain se leva, et fait le geste de bienvenue,
- Mon cher Marcel, entrez je vous prie …