Promenade


Ce matin je me suis levé tôt,
Pour promener mon chien.
Aux chemins de mon village,
Longeant trottoirs et caniveaux.
Tournant en rond et pas trop loin,
Sous l’œil de mon voisinage,
Rideaux et stores écartés.
Jubilant de joie et d’ivresse,
De voir mon chien en laisse,
Faire ses besoins patte levée.
 
Ce matin je me suis levé tôt,
Pour promener mon chien
Regarder mon voisin,
Ouvrir sa porte et sa bouche
Avec un bruit entrebâillé.
Dans sa main un bout de pain,
Beurré juste ce qui faut.
S’asseoir sur une vieille souche,
Écouter le temps et des merveilles,
Qu’on n’imagine même plus.
 
Ce matin je me suis levé tôt,
Pour promener mon chien.

Voir la vache de Germain,
Mâcher comme une américaine du bon chewing-foin.
C’est la campagne à ce qu’on dit.
La vie est bien plus saine,
Ici on meurt sur son lit.
Loin des entrailles de la ville.
 
Ce matin, je me suis levé tôt,
Pour promener mon chien.
J’ai fait bonjour à Gabrielle,
Avec un hocher de tête.
Aussi à Géraldine l’autre voisine,
Elle aime beaucoup faire la fête.
Parler de ses découvertes un peu comme on imagine,
La vie les pleurs et les rires.
Des gens qui n’ont rien à dire
 
Ce matin, je me suis levé tôt,
Pour promener mon chien.