Les jurés sains et sans préjugés, exercent d'une force certaine, depuis des temps mémorables avec l'aisance et la force des montagnes aux courbes lentes et des plaines cultivées aux mains sanglantes. L'exécution des autres, accusés d'être pire que soimême, avec des milliers de fautes transfigurées en graines, qu'on sème dans les terres autrefois si généreuses, s'éternise en lamentable conscience, aux vérités creuses et certitudes transformées en fables mensongères. Le désir de la vengeance, de ne pas être en harmonie avec soi-même, transforme le cœur en bouilloire d'une tribu sans défense, troublant le regard à ne plus voir l'innocence. Et naît dans le doute le désespoir d'une incertitude de se faire foutre dans la vérité d'une intime conviction.